Améliorer la performance de mon organisation grâce aux communautés

Alors que les conséquences de la guerre en Ukraine poussent de nombreuses entreprises à mettre en œuvre des plans de contournement pour conserver leurs marges, nous nous interrogeons sur le rôle que peuvent jouer les communautés dans l’amélioration de la performance.

1. Une communauté, c’est quoi ? Ça sert à quoi ?

Une communauté est un ensemble de personnes qui :

  • interagissent volontairement, de manière régulière,
  • dans le but de créer et de partager des savoirs ou des savoir-faire, d’apprendre les uns des autres,
  • partagent des intérêts communs pour une pratique, un domaine ou un métier,
  • au sein d’un espace d’échange déterminé (physique ou digital).

Une communauté n’est ni une équipe projet ni un groupe de travail. Elle est transverse à l’organisation, se donne des objectifs, mais n’a pas d’obligation de résultat ni de pilotage hiérarchique.

Une communauté de pratique a pour objectif principal d’améliorer l’activité de l’organisation. Ses membres s’engagent collectivement à :

  • s’entre-aider,
  • résoudre des problèmes communs,
  • améliorer des pratiques, méthodes ou processus.

Elle valorise les compétences individuelles et collectives à travers l’amélioration continue de la pratique commune.

2. Exemple de la communauté de pratique Robinetterie de EDF

La communauté de pratique robinetterie de EDF, opérationnelle depuis 20 ans, comprend 200 membres, répartis dans les 20 centrales nucléaires françaises et dans les départements Ingénierie, R&D, Intervention, Pièces de rechange, Formation et Achat. La communauté a été créée pour coordonner les synergies.

Son focus est l’excellence opérationnelle. Elle participe à l’optimisation des volumes de maintenance, pour réduire les risques de non-qualité, tout en améliorant la fiabilité du matériel et la sureté. Elle a permis de réduire les coûts de maintenance de 3 M€ par an.

Elle apporte aussi un appui opérationnel, en facilitant le partage et l’échange de pièces de rechange entre les centrales nucléaires, le partage d’outils de diagnostics et le partage de retour d’expérience lors d’aléas. Cet appui a pu être chiffré à 1 à 2 M€ par an d’économies.

3. Les conditions de succès

L’entreprise doit soutenir la communauté. Elle doit pour cela comprendre la passion qui unit ses membres, sa raison d’être et ses pratiques, respecter ses valeurs explicites et implicites, et avoir un dialogue ouvert et transparent avec les membres de la communauté, en évitant la langue de bois.

L’entreprise œuvre à apporter le soutien de la hiérarchie aux initiatives prises par la communauté, à faciliter la mesure de la valeur des productions de la communauté en se basant par exemple sur l’appréciation des membres de la communauté, à aider les communautés de pratique à se structurer en proposant des outils et des modes de fonctionnement communs, à créer un environnement sécurisant et bienveillant dans lequel les membres ne seront pas jugés ou critiqués pour leur contribution, et à reconnaître la participation aux communautés dans l’évaluation des employés.

Plus généralement, l’entreprise doit apporter des moyens, par exemple en dégageant du temps aux animateurs de communauté, en encourageant les animateurs à recueillir régulièrement le feed-back des membres pour identifier les besoins et insatisfactions de la communauté, et en mettant à dispositions des outils comme un réseau social d’entreprise.

Elle peut aussi financer des évènements et des projets organisés par la communauté, en s’assurant que ce financement est désintéressé, sous peine d’être perçu comme une tentative de contrôle. Elle peut apporter des moyens matériels pour tester des prototypes rapides, via des fab-lab internes par exemple, ou pour ouvrir des espaces inspirants favorisant les échanges impromptus.

Louis-Pierre Guillaume

6. Pour aller plus loin

Le guide pratique des communautés, Guy Parmentier, Florence Crespin-Mazet, Karine Goglio, Catherine Thiesse, et Louis-Pierre Guillaume, Édition d’innovations, 2022

Les communautés apprenantes dans les grandes organisations, Conférence CoP-1, 24 novembre 2016

Schneider Electric, Next-generation Communities of Practice. Louis-Pierre Guillaume, Coline Delmas and Lauren Trees, APQC 2017

La communauté de pratique Robinetterie de EDF, Conférence CoP-1 Réconciliez le temps long et l’efficacité à court terme : investissez dans le KM, 25 novembre 2021

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Améliorer la performance de mon organisation grâce aux communautés, Louis-Pierre Guillaume, avril 2022 […]

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.